Le label des répertoires rares et inédits...
fr en
Alexandrov

Anatoly Alexandrov

Préludes opus 1
Poème opus 9
Visions opus 21
Petite Suite opus 33

Fériel Kaddour, piano

livret
play
pause
commande

Anatoly Alexandrov (1888-1982)

Opus 21, Visions (1919-1923)

1.
Molto flessibile, fantastico
(From the depth of Memory...)

1'36
2.
Andantino idillico
(Idyll...)

3'16
3.
Moderatamente Mosso
(From the Sea...)

2'13
4.
Un poco agitato
(Alarming)

0'50
5.
Inquietamenti, con acceleramenti e ritardi soventi
(Enigmatic...)

3'34

Opus 9, Poem (1915)

6.
Opus 9, Poem
2'40

Opus 1, Preludes (1907-1910, Revised by the composer in 1961)

7.
Moderato, con agitazione patetica
0'56
8.
Languido
1'23
9.
Misterioso, con importanza
2'25
10.
Impuetoso, protestando
1'10
11.
Liberamente, amoroso
1'09
12.
Pensieroso, commodo
2'17

Opus 46, Eight pieces on songs of Soviet People, excerpts (1937)

13.
n°6, Kirghiz instrumental melody
0'43
14.
n°7, Kirghiz piece
1'59

Opus 33, Little Suite (1929)

15.
Fairy Lullaby
0'57
16.
Etude
1'47
17.
Melody
3'11
18.
A Joke
0'04

Opus 27, Three Pieces (1925)

19.
Prelude - To N. Ya. Miaskovsky
1'47
20.
Dance - To N. Ya. Miaskovsky
1'35
21.
Sketch - To V.V. Derzhanovsky
2'53

Opus 73, Bashkirian Melodies, excerpts (1951)

22.
n°4, Andante molto espressivo
1'39
23.
n°5, Strum on the Kuray
0'44
24.
n°10, Zulkhiza
1'39

Opus 75, Four pieces, excerpts (1951)

25.
Prelude
3'55
26.
Melody
3'41

Opus 16a, n°1 : Amethysts (1923)

27.
Two Fragments from the Music to the Drama
M. Maeterlinck

Ariana and Blue-Beard
0'09



Durée totale : 54’56
Livret : Fériel Kaddour
Piano: Yamaha CFX préparé par Philippe Copin
Prise de son, direction artistique, montage, mastering: Jean-Marc Laisné (Amati)
Enregistrement Guyancourt (Pôle Musiques "La Batterie"), janvier 2014

AR RE-SE 2013-1

Anatoly Alexandrov : les zigzags de la mémoire

« Une levée de trois notes qui hésitent, ritenuto, au lieu de lancer la phrase vers son premier temps fort. Puis la main gauche entre, et son chromatisme trouble l'harmonie. La main droite qui tournait sur elle-même, tassée dans l'espace d'une tierce, s'échappe maintenant vers l'aigu, par intervalles de plus en plus tendus. A la fin de la deuxième mesure, Alexandrov a noté : accelerando. L'effet est soutenu par un phrasé qui déborde les barres de mesure, et par un jeu de polyrythmie : triolets, croches et noires se superposent. La pièce s'était ouverte sur une mesure à 3/4. Elle vient de passer à 2/4.
On ralentit à nouveau. Deux mesures plus loin, à la main gauche, un fa dièse s'installe discrètement. C'est la tonique, la base de l'édifice que notre oreille attendait. Mais elle est entrée à contretemps, en dérobant l'impulsion du temps fort, et dans une tessiture médium qui fausse sa fonction de fondement. Après les tourments du début, la tonique aurait pu assumer son rôle de clausule ; à l'inverse, elle a suspendu le discours, sur quelques mesures de flottement. Au détour d'un mi bécarre, la phrase s'échappera vers un autre chemin.
Et cela se poursuit ainsi : la ligne est mouvante ; lorsqu'elle laisse apparaître un motif plus lyrique, une voix intermédiaire le contredit aussitôt, l'interrompt, et nous emporte dans une autre direction. Cette pièce est la première des Visions opus 21, la pièce qui ouvre ce disque, vision, dit le titre complet, des profondeurs de la mémoire. »


Extrait du livret