Le label des répertoires rares et inédits...
fr en
Miaskovski

Nikolaï Miaskovsky

Sonates pour piano 1, 5, 9

Lydia Jardon

play
pause
commande

"Première de cordée dans l'Himalaya du piano" (Le Monde - Pierre Gervasoni /2011), la pianiste française Lydia Jardon poursuit l'intégrale des Sonates de Miaskovsky (1, 5, 9) après les Sonates "de la colère intérieure" (2, 3, 4) parues en 2009.
Découvrez la force émotionnelle et mystique de ce compositeur monumental maudit, si peu interprété :

Sonate n°1 Op.6

1.
I - Moderato assai ed espressivo
2.
II - Allegro affanato
3.
III - Largo espressivo
4.
IV - Non allegro

Sonate n°5 Op.64 n°1

5.
I - Allegreto capriccioso
6.
II - Largo espressivo
7.
III - Vivo
8.
IV - Allegro energico

Sonate n°9 Op.84

9.
I - Allegro non troppo
10.
II - Andante sostenuto
11.
III - Molto vivo


Directeur artistique et ingénieur du son : Jean-Marc Laisné.

AR RE-SE 2019-7

Sortie en Mars 2020 !

Composées entre 1910 et 1940, les sonates pour piano de Miaskovsky résonnent comme le journal de bord de ses états d’âme. Chute du Tsarisme, un père officier assassiné par les bolchéviques sur un quai de gare, refus de se conformer aux critères artistiques du Stalinisme, la vie de Nicolaï Miaskovsky fut un véritable enfer.

Enregistrées en 2009 par Lydia Jardon, « première de cordée dans l’Himalaya du piano » (Le Monde 2012), saluées unanimement par la critique les sonates n° 2, 3, 4 : « trilogie de la colère » témoignent musicalement d’une période de l’histoire russe où liberté intérieure était synonyme de survie.

Dans le second opus, l’interprète débute par la gigantesque sonate n°1 : écriture scriabinienne tourmentée, atonale, proche du délire. Une partition mise en miroir avec les sonates n°5 et 9 post romantiques, voire folkloristes. Sans doute parce que le harcèlement politique dont Miaskovsky fut l’objet le poussa vers une musique moins ésotérique, plus proche du peuple. On remarquera dans le troisième mouvement de la sonate n°5 la reprise du thème obsessionnel qui « hante » la sonate n°1.

Dans la perspective de l’intégrale des sonates pour piano de Miaskovsky dont le dernier disque sortira en 2023, Lydia Jardon a choisi de clore ce second cycle par la sonate n°9, quasiment enfantine, dont les accents renvoient à certaines pièces de Kabalevski, ou même aux « Pièces Lyriques pour piano » de Grieg, écrites en 1867.